Le canard siffleur mexicain de James Crumley

"Juste avant l'aube, Wynona, Lester et moi étions pelotonnés contre la tête du lit, à regarder les dessins animés. [...] Lester était calé entre deux oreillers, et il nous regardait comme des extraterrestres. Je tapotai la hanche de sa mère. Parfois, elle semblait vénérable et sage. Et parfois, comme là, on aurait dit un enfant... Lire la Suite →

L’empathie d’Antoine Renand

"Elle s'était battue pour entrer dans la brigade du viol. Avec Anthony, ils étaient les seuls dont l'entrée dans la police était intimement liée à la volonté de travailler dans ce service. [...] Au début, elle avait trouvé le capitaine Rauch assez bizarre, avec sa dégaine et sa réserve... Elle ne le trouvait pas beau,... Lire la Suite →

La mort du petit cœur de Daniel Woodrell

"Ma maman laissait les hommes se faire des idées sur elle. Moi aussi, sans doute, diraient certains. Elle avait une façon nonchalante de se mouvoir, particulièrement dégagée aux entournures, qui vous incitait à vous retourner sur son passage partout où elle allait : magasin, ruelle, routier, chemin de terre. Mémé disait que m'man pouvait dire... Lire la Suite →

Prodiges et miracles de Joe Meno

"Alors, l'animal prit vie, une sorte de machine insolite se ruant droit devant, le garçon faisant tout son possible pour rester en selle. Ils allaient si vite qu'il en oublia d'être effrayé, sentant des larmes s'échapper lorsqu'il clignait des paupières, la créature lancée au grand galop sous lui, le vent qui lui fouettait les yeux.... Lire la Suite →

Le bison de la nuit de Guillermo Arriaga

"Tania donnait l'impression d'être une femme en fuite permanente. Fuir paraissait sa seule constante. Beaucoup n'y voyaient que de la trahison, même moi. Mais ce n'était pas cela. Tania avait un sens profond de la loyauté. C'est ce qui l'avait poussée à retourner à la 803 avec Gregorio. Elle avait voulu combattre son sentiment de... Lire la Suite →

La danse de l’ours de James Crumley

"D'accord, j'ai paniqué. J'avais mis les pieds dans la merde et j'étais mort de peur. Quand vous n'êtes pas régulièrement confronté à ce genre de choses, vous perdez le coup pour y faire face, vous perdez cette couche de cynisme qui vous permet, devant un corps démoli, de secouer la tête une fois puis de... Lire la Suite →

Le Dahlia noir de James Ellroy

"D'un regard en coin, je vis une femme en train de s'asseoir au bar changer soudain d'avis, attraper son sac et se diriger vers la porte, comme si mes paroles avec la barmaid lui avaient filé le trac ; je lui trouvai une ressemblance fugace avec Elizabeth Short. Je ramassai mes photos, comptai jusqu'à dix... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑