La trompette de Satchmo de Michèle Hayat

"La porte du hangar était entrebâillée. Ester jeta un regard circulaire sur le local qui avait dû servir au stockage de tonneaux de vin. Trois ampoules pendaient d'un plafond tapissé de toiles d'araignées. Deux lucarnes, sur la paroi du fond, laissaient filtrer une faible lumière. Les murs étaient tachés d'humidité, une forte odeur d'alcool imprégnait... Lire la Suite →

Désorientale de Négar Djavadi

"Tandis que l'évacuation continue, Leïli observe un temps le va-et-vient des soldats et décide qu'il est temps de fuir. Elle a treize ans et Mina onze ; elle est la grande sœur, elle doit les tirer de là. Elle prend la main de Mina, aussi inerte que celle d'une poupée de chiffon : "Allez debout,... Lire la Suite →

Avant que j’oublie d’Anne Pauly

"Les infirmières avaient fermé ses yeux, coincé son visage dans une mentonnière et habillé son corps d'une petite blouse vert pâle façon sweat-shirt. C'était triste et drôle, ça l'aurait fait rire, cette petite blouse verte qui lui cachait à peine le genou. J'ai regardé son pied violacé, la vache ! le pauvre, sa barbichette miteuse... Lire la Suite →

L’empathie d’Antoine Renand

"Elle s'était battue pour entrer dans la brigade du viol. Avec Anthony, ils étaient les seuls dont l'entrée dans la police était intimement liée à la volonté de travailler dans ce service. [...] Au début, elle avait trouvé le capitaine Rauch assez bizarre, avec sa dégaine et sa réserve... Elle ne le trouvait pas beau,... Lire la Suite →

Indian Creek de Pete Fromm

"Au bout d'un moment, je fus trop à l'étroit dans la tente. Je sortis en courant, passant près de la rivière en donnant des coups de pied dans la neige qui s'envolait dans les airs. Je ne m'arrêtai que pour allumer la pipe que mes camarades de l'université m'avaient offerte, parce que, évidemment, tous les... Lire la Suite →

Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill

"La maison, ces derniers temps, songeait-il, était devenue un lieu insupportable. Comme si tout ce qui y entrait s'y trouvait piégé - la chaleur du dehors, l'odeur de leur corps. La touffeur de la fin de l'été ne leur laissait pas de répit, l'Illinois tout entier semblait fondre. Calciné. L'air épais comme de la colle.... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑