Les voyageurs de l’impériale de Louis Aragon

"Le charme de Reine venait de ce caractère inaccessible à la fois et prochain qu'elle avait terriblement. En tout cas pour Pierre qui attendait et redoutait à la fois de chaque mot, de chaque geste qu'il rompit l'enchantement et fît verser l'amitié dans une fièvre physique. Le scabreux était qu'il ne l'eût même pas embrassée.... Lire la Suite →

L’art de la joie de Goliarda Sapienza

"Gaia n'était pas folle et ne l'avait jamais été. Je commençais maintenant à connaître l'animal-homme et je savais que nous apparaît comme folie toute volonté contraire à nous existant chez les autres, et comme raison ce qui nous est favorable et nous laisse à l'aise dans notre façon de penser. Ce n'était pas de la... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑