Martin Eden de Jack London

"- Il n'y a rien de semblable en littérature, dit Martin quand il retrouva enfin l'usage de la parole. C'est sublime... sublime ! Ça m'a fait tourner la tête, ça m'a soûlé. Cette grande question infinitésimale... m'obsède encore. Cette quête éternelle, sans cesse recommencée... cette petite voix plaintive et fluette de l'homme résonne encore à... Lire la Suite →

Circé de Madeline Miller

"Ce fut durant cette période que je me retrouvai un jour au milieu des épais fourrés de la forêt. J'adorais parcourir l'île à pied, de ses points les plus proches du niveau de la mer jusqu'à ses recoins les plus élevés, à la recherche de mousses, de fougères et de plantes grimpantes, ramassant leurs feuilles... Lire la Suite →

Les mangeurs d’étoiles de Romain Gary

"Mais c'était le visage de José qu'elle regardait toujours, bien plus que le numéro du jongleur, car les femmes sont sans doute moins sensibles que les hommes à l'appel de l'absolu et moins émues par les perspectives sans fin que l'exploit de Santini ouvrait devant l'humanité. C'était une expression de naïf émerveillement, un mélange de... Lire la Suite →

Eureka Street de Robert McLiam Wilson

"Il y a avait trois versions fondamentales de l'histoire irlandaise : la républicaine, la loyaliste, la britannique. Toutes étaient glauques, toutes surestimaient le rôle d'Oliver Cromwell, le vioque à la coupe de cheveux foireuse. J'avais pour ma part une quatrième version à ajouter, la Version Simple : pendant huit siècles, pendant quatre siècles, comme vous... Lire la Suite →

Le peintre dévorant la femme de Kamel Daoud

"La plage est le lieu du nouveau temple, l'espace de résurrection du corps après des millénaires de mort. C'est aussi un enjeu, un champ de bataille des idées, des visions théologiques, des radicalismes de notre époque. La plage devient métaphore de notre siècle. Comme l'a été la Vallée sacrée, le Continent perdu, la Terre promise,... Lire la Suite →

Du domaine des Murmures de Carole Martinez

"J'ai recueilli mon tout petit, que j'avais cru perdu, dans mes bras en coupelle et tenté de calmer mon trésor en le mettant au sein tandis que mon père s'éloignait, mais mon lait ne tarissait pas ses cris qui, déjà, attiraient les gens du château. Effrayée par les hurlements stridents de mon nourrisson et sans... Lire la Suite →

Sucre noir de Miguel Bonnefoy

"Quand on finissait le repas, elle était la première à se lever de table pour allumer la radio. Assise à la fenêtre, observant son reflet sur la vitre, elle entendait le speaker lire son annonce qui n'était adressée à personne d'autre qu'à elle et, devant le miroir de la nuit, rêvait d'un homme à son... Lire la Suite →

Un été de Vincent Almendros

"Jean, dont la tête venait de reparaître à l'air libre, me fit passer une casquette en me disant qu'il n'avait trouvé que ça. C'est super, lui dis-je. C'est mieux que rien, rectifia-t-il, et après s'être emparé du sac plastique que Jeanne lui avait confié, il disparut à nouveau. Je considérai un instant la casquette, mais... Lire la Suite →

Le bison de la nuit de Guillermo Arriaga

"Tania donnait l'impression d'être une femme en fuite permanente. Fuir paraissait sa seule constante. Beaucoup n'y voyaient que de la trahison, même moi. Mais ce n'était pas cela. Tania avait un sens profond de la loyauté. C'est ce qui l'avait poussée à retourner à la 803 avec Gregorio. Elle avait voulu combattre son sentiment de... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑