La sirène d’Isé d’Hubert Haddad

"Dans le clair-obscur du rêve tous les chemins égarent, rien ne commence ni ne s'achève et nul ne regarde où il marche. Ses pas le conduisent devant la mer, sur la plage, à l'endroit même où s'était échouée l'étrange créature sirénienne aux yeux de noyade. Le silence oblige à l'attention ; les marées ne préviennent... Lire la Suite →

Jours de colère de Sylvie Germain

"Mais ce qu'il ignorait lui-même, et qui pourtant ne devait plus jamais le lâcher, c'était qu'il était le dernier à être tombé éperdument amoureux de Catherine Corvol. De l'avoir vue couchée dans l'herbe de la berge, la face tournée vers le ciel, ses yeux fendus en amande d'un vert encore si lumineux, ouverts sur l'immensité... Lire la Suite →

Vues sur la mer d’Hélène Gaudy

"Jeanne attend que résonnent dans l'escalier les pas d'Adrien. Elle se dit, c'est ça, le réceptionniste me laisserait seule, seule comme maintenant, sauf que je n'aurai rien à attendre. Rien ni personne. Elle guette les pas sur le vieux bois qui craque. Cela fait des mois qu'Adrien doit changer l'ampoule dans l'escalier. La nuit il... Lire la Suite →

Les mangeurs d’étoiles de Romain Gary

"Mais c'était le visage de José qu'elle regardait toujours, bien plus que le numéro du jongleur, car les femmes sont sans doute moins sensibles que les hommes à l'appel de l'absolu et moins émues par les perspectives sans fin que l'exploit de Santini ouvrait devant l'humanité. C'était une expression de naïf émerveillement, un mélange de... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑