Luz ou le temps sauvage d’Elsa Osorio

« Lili, adorable Lili, tu ne me pardonneras jamais de te livrer aux méchants. Mais que veux-tu que je fasse, la Bête m’a menacée. Si je reste en vie, un jour je reviendrai te chercher ; morte, il n’y a aucun espoir. Lili chérie, je veux que tu saches que je t’aime beaucoup, beaucoup, ce que tu m’as donné pendant ces quelques jours, et ta maman aussi, ta pauvre petite maman, personne ne me l’avait jamais donné. Lili, si la Bête me tue, tu dois te rappeler, écoute-moi bien, tu dois te rappeler que ta maman s’appelait Liliana et qu’elle était très gentille. Et ton papa, Carlos. Et qu’on les a tués parce qu’ils voulaient une société plus juste. Et souviens-toi aussi de moi, quand je te chantais Manuelita et que je te disais :
– Qui est la plus jolie petite fille du monde ? Lili, Lili. C’est ainsi que Miriam m’a dit adieu – et la voix de Luz se brisa en miettes – parce que la Bête l’appelait, elle a séché ses larmes, mais elles étaient difficiles à cacher. « 

Après vingt ans d’ignorance puis de quête, Luz a enfin démêlé les fils de son existence. Elle n’est pas la petite-fille d’un général tortionnaire en charge de la répression sous la dictature argentine ; elle est l’enfant d’une de ses victimes. C’est face à son père biologique, Carlos, retrouvé en Espagne, qu’elle lève le voile sur sa propre histoire et celle de son pays.

Maniant avec adresse un style dur et percutant reflétant le courage des disparus, la douleur des familles sans nouvelles, la cruauté des tortionnaires et l’ignorance des privilégiés, Elsa Osorio nous emmène dans les tréfonds de la dictature militaire dans l’Argentine de 1976. L’auteure mêle brillamment passé et présent et glisse habilement d’un point de vue à l’autre donnant beaucoup de force à chaque personnage. Au travers du regard de la jeune Luz, enlevée à sa mère, élevée par une influente famille argentine, en quête de ses origines, nous partons pour un voyage en Argentine, au cœur d’une lutte ardente contre la répression et d’un besoin inexorable de vérité.

Je suis généralement très sensible à la littérature sud-américaine et je crois que je n’avais encore jamais lu de roman argentin. Quelle belle découverte ! J’ai suivi l’histoire de Luz avec beaucoup d’émotions, partant des retrouvailles avec son père et nous plongeant petit à petit dans la reconstitution de son passé, au fil des rencontres et de ce que chacun peut ou accepte de se remémorer. Le ton est donné : le roman est brutal, l’écriture bouleversante. J’ai été déconcertée par le courage de Miriam et de Luz, sidérée par la cruauté et l’égoïsme d’Alfonso Dufau et de sa fille, émue par un père qui devra trouver une place dans la vie de sa fille, attristée par le prix de la bonté d’Eduardo. Luz ou le temps sauvage nous parle d’une époque difficile pour l’Argentine, d’enfants volés, d’innocents torturés, nous avons trop facilement tendance à oublier, à croire que tout cela est bien loin de nous. Ce roman évoque aussi la famille, l’amertume de ne pouvoir avoir d’enfant, élever une fille qui n’est pas la sienne, voir un proche disparaître sans laisser de trace, être père et ne l’avoir jamais su. Malgré les mensonges et la terreur, de belles histoires d’amour apportent un peu de douceur : Eduardo et Dolores, Franck et Miriam, Ramiro et Luz. Bien au-delà de la tendresse, cet amour nourrit la force de nos héros et les accompagne dans leur quête esquissant tout de même une note d’espoir. Je ne peux alors que vous recommander, quand vous aurez l’envie d’un roman saisissant et poignant, d’accompagner Luz dans son périple !

Elsa Osorio est originaire d’Argentine où elle vit toujours. Outre ses romans, elle a écrit des scénarios pour le cinéma et la télévision.
Luz ou le temps sauvage a reçu le prix national de Littérature.

473 p., Éditions Métailié (2000), Titre original : A veinte años, Luz, Traduit de l’espagnol (Argentine) par François Gaudry.

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :