Voyage au Liberland de Timothée Demeillers et Grégoire Osoha

« Tu es sûr que c’est ici ? Arrivés devant la façade en briques de l’hôtel Lug, tout juste repeinte, nous trouvions étrange que le président du Liberland ait décidé de célébrer le premier anniversaire de la déclaration d’indépendance de son pays dans un quatre étoiles d’un autre temps, perdu au milieu de la campagne brumeuse de Slavonie, aux confins orientaux de la Croatie. Il n’y avait pourtant pas de doute possible : un défilé de berlines sombres aux vitres teintées pénétrait dans le parking de l’hôtel à un rythme régulier. Nous nous sommes avancés dans le hall où un agent d’accueil souriant nous a remis des badges « journaliste ». La salle de réception était bondée, la centaine de sièges occupée et plusieurs personnes étaient contraintes de rester debout, adossées aux murs. Nous les avons rejointes discrètement et presque aussitôt les lumières se sont éteintes. Un écran de projection s’est déroulé lentement dans un silence d’église et le visage parfaitement rond de Vít Jedlička est apparu sur la toile en PVC. »

« C’est sans surprise que les médias décrivent notre nation comme la plus puissante idéologiquement qu’ait connu le monde depuis l’Empire romain. »

Entre la Serbie et la Croatie, sur une rive du Danube, se trouve une terra nullius, une terre non revendiquée. Une aubaine pour Vít Jedlička, homme politique tchèque, qui en profite pour y créer un État de toutes pièces dont il s’autoproclame président. En 2015 naît le Liberland.
Projet farfelu ou dernière occasion de voir surgir une utopie en Europe ? Le Liberland interpelle Grégoire Osoha et Timothée Demeillers alors qu’ils sont en train de tourner un documentaire dans cette région meurtrie par le nationalisme. Une nouvelle frontière dans cette région déjà morcelée paraît incongrue. Les motivations de Vít semblent ailleurs. Ce jeune trentenaire, adepte de cryptomonnaie, est un fervent défenseur de l’idéologie libertarienne. Le Liberland devient alors une expérience unique, où tous les adeptes de cette idéologie se déplacent du monde entier dans l’espoir de vivre un moment historique. Une expérience collective qui pourrait rapidement tourner au fiasco. En effet, sur une terre où la liberté est reine, où commence celle de l’un et où finit celle de l’autre ?

Première rencontre avec les éditions Marchialy, un petit bijou esthétique entre les mains : que ce soit la couverture où la mise en page au fil des chapitres, je n’ai pu m’empêcher d’avoir la sensation de détenir un très bel objet. La forme n’a d’égal que le fond du sujet et les éditions Marchialy, spécialistes du récit de non-fiction, n’ont pas failli à leur réputation. J’ai découvert avec plaisir le Liberland, un État fictif pour certains, terriblement réel pour d’autres, qui a pris place dans une terra nullius entre la Serbie et la Croatie. Nous suivons l’histoire de cet état utopique créé en 2015 jusqu’à nos jours, entre enquête et projet fou, les auteurs nous emmènent d’une frontière à l’autre, au cœur de la pensée libertarienne. Il m’a semblé y retrouver un petit air de l’émission Affaires sensibles que j’affectionne tant. Instructif, pertinent, déstabilisant, parfois drôle, un ouvrage d’où l’on ressort avec une sorte de mélancolie, le sentiment d’avoir voyagé et surtout de s’être enrichi aux côtés de nos deux journalistes qui flirtent entre enthousiasme et dépit, d’un Président quasi autoproclamé qui semble vivre un rêve éveillé et d’une galerie de personnages tous plus exaltés les uns que les autres.

Timothée Demeillers a publié trois romans chez Asphalte, dont Jusqu’à la bête et Demain la brume. Grégoire Osoha travaille comme journaliste indépendant. Ensemble, ils ont fait de nombreux voyages dans les Balkans et ont coréalisé deux documentaires : Vukovar(s) et Kosovo, troubles identitaires.

290 p., Éditions Marchialy (2022).

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :