L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet de Reif Larsen

« Au bout d’un moment, je me suis laissé emporter par la progression lente et incontrôlable de mon train. J’irais où il allait. Je n’avais plus le choix. Portland, la Louisiane, Mexico, Saskatoon : cela m’apaisait de penser que ma destination, quelle qu’elle soit, ne pouvait plus changer. J’étais épuisé. Je venais de vivre la plus longue journée de ma vie. Dans un élan ensommeillé pour m’approprier mon territoire, j’ai posé avec audace mon pirate pensif même pas articulé sur le vaste tableau de bord du motor-home. « Protège-moi, Barbe-Rouge. » »

T. S. Spivet est un jeune prodige de douze ans, passionné par la cartographie et les illustrations scientifiques. Un jour, le musée Smithsonian l’appelle : il a obtenu le très prestigieux prix Baird et il est invité à venir faire un discours. A l’insu de tous, il décide alors de traverser les États-Unis dans un train de marchandises pour rejoindre Washington DC… Mais là-bas, personne ne se doute qu’il n’est qu’un enfant. Muni d’un télescope, de quatre compas et des Mémoires de son arrière-arrière-grand-mère, T. S. entreprend un voyage initiatique qui lui permettra de comprendre enfin comment marche le monde… Notes, cartes et dessins se mêlent au récit avec un humour et une fantaisie irrésistibles.

Passionné de sciences et de cartographie, T. S. Spivet vous embarque dans son aventure à travers les États-Unis, qui vous mènera des ranchs du Montana, aux soirées guindées du Smithsonian. Le parcours est semé d’embûches, maintes occasions pour le jeune héros de vous donner une autre perception de ce qui vous entoure et de partager ses réflexions et dessins astucieux. Une quête de sens sur soi-même, la famille, les sciences et la mécanique du monde.

J’ai passé un excellent moment en compagnie de T. S. Spivet ! Si la narration, ponctuée de digressions, et les nombreux dessins à consulter peuvent dans un premier temps être un peu déroutants, je me suis vite prise au jeu. L’ouvrage est très beau et les dessins d’une très agréable précision. On ne peut s’empêcher une fois la lecture terminée de compter et recompter tout ce que l’on fait, d’analyser nos moindres gestes du quotidien. Je me suis rapidement attachée au héros, perdu entre l’enfance et l’âge adulte. Ce voyage semble être pour lui le rite de passage du petit garçon attaché au ranch familial à l’homme scientifique accompli. T. S. réussira l’épreuve haut la main et réalisera finalement que le monde des adultes n’est pas aussi brillant qu’il n’y paraît. La place des femmes scientifiques est aussi très largement discutée, ainsi que l’importance du cocon familial et le rapport à la mort. C’est une œuvre que l’on peut lire dès 12 ans et apprécier à tout âge avec différents regards.

L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet est le premier roman de Reif Larsen et sans conteste une belle réussite. R. Larsen est aussi cinéaste et a réalisé plusieurs documentaires. En 2013, Jean-Pierre Jeunet a adapté l’œuvre au cinéma. R. Larsen n’a pas participé au scénario.

374 p., Nil Éditions (avril 2010), traduit de l’anglais (États-Unis) par Hannah Pascal.
415 p., Le livre de poche (juin 2011).

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :