Les Furies de Lauren Groff

"Et puis la veille, il avait surpris Lotto et Mathilde ensemble sous la pluie de confettis d'un cerisier en fleur, et soudain, il en avait eu le souffle coupé. Regardez-les ensemble. Si grands, si lumineux. Elle, son visage pâle et blessé, jusque-là aux aguets, et ne souriant jamais, eh bien à présent elle ne cessait... Lire la Suite →

Beloved de Toni Morrison

"Paul D ne dit mot, parce qu'elle n'attendait pas de réponse de sa part ni n'en désirait, mais il comprenait parfaitement ce qu'elle voulait dire. Écouter les tourterelles à Alfred, Géorgie, et n'avoir ni le droit ni la permission d'y prendre plaisir, parce que dans cet endroit, brume, tourterelles, soleil, poussière cuivre, lune – tout... Lire la Suite →

Shibumi de Trevanian

"— Shibumi, monsieur ? Nicholaï avait déjà entendu ce mot, mais à propos de jardins, d'architecture, où il suggère une beauté discrète. — Quel sens donnez-vous à cette expression, monsieur ? — Oh, un sens imprécis. Et incorrect, je le crains. Une tentative maladroite pour décrire une qualité ineffable. Comme tu le sais, shibumi implique... Lire la Suite →

Dans le ventre du Congo de Blaise Ndala

"Ce que je t'ai relaté ne relève pourtant ni de la légende ni d'un de ces mythes qui bercèrent mes nuits d'enfance au campement d'initiation. Ceux-là attendront. Ce que je t'ai relaté est couché noir sur blanc dans les livres diffusés par ceux qui nous ont laissé les clés de la maison Congo un jour... Lire la Suite →

Le diable tout le temps de Donald Ray Pollock

"Une légère brise soufflait sur la colline et rafraîchissait la sueur sur la nuque d'Arvin. Des branches craquèrent au-dessus de lui. Une touffe de fourrure blanche flottait dans l'air. Certains des os attachés par des clous et du fil de fer s'entrechoquaient doucement, produisant une musique triste, creuse. A travers les arbres, Arvin apercevait quelques... Lire la Suite →

Un hiver de glace de Daniel Woodrell

"L'oncle Larme était l'aîné de Jessup et mitonnait de la coke depuis très longtemps, mais suite à une expérience qui avait mal tourné, son oreille gauche avait été bouffée et il avait gardé une féroce balafre de chair fondue depuis la nuque jusqu'au milieu de l'échine. Ne restait plus assez de cartilage à son oreille... Lire la Suite →

Dans la forêt de Jean Hegland

"En même temps que l'inquiétude et la confusion est apparu un sentiment d'énergie, de libération. Les anciennes règles avaient été temporairement suspendues, et c'était excitant d'imaginer les changements qui naîtraient inévitablement de ce bouleversement, de réfléchir à tout ce qu'on aurait appris – et corrigé – quand les choses repartiraient. Alors même que la vie... Lire la Suite →

Station Eleven d’Emily St. John Mandel

"Qu'était la Symphonie sans Dieter, la clarinette et Sayid ? Kirsten considérait Dieter comme une sorte de grand frère, peut-être un cousin, quelqu'un qui faisait partie intégrante de sa vie et de celle de la troupe. Dans l'abstrait, il semblait inimaginable que la Symphonie continue sans lui. Et même si elle n'avait jamais été proche... Lire la Suite →

Une saison ardente de Richard Ford

"Notre repas arriva, nous le mangeâmes tout en parlant des incendies de forêt : comme les villes et les usines ils se perpétuaient sans qu'on ait besoin d'intervenir. Ils avaient du bon car ils régénéraient l'endroit même qu'ils avaient brûlé ; quant aux êtres humains, d'après ma mère, eux aussi pouvaient parfois en bénéficier car,... Lire la Suite →

Martin Eden de Jack London

"- Il n'y a rien de semblable en littérature, dit Martin quand il retrouva enfin l'usage de la parole. C'est sublime... sublime ! Ça m'a fait tourner la tête, ça m'a soûlé. Cette grande question infinitésimale... m'obsède encore. Cette quête éternelle, sans cesse recommencée... cette petite voix plaintive et fluette de l'homme résonne encore à... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑