Le diable tout le temps de Donald Ray Pollock

"Une légère brise soufflait sur la colline et rafraîchissait la sueur sur la nuque d'Arvin. Des branches craquèrent au-dessus de lui. Une touffe de fourrure blanche flottait dans l'air. Certains des os attachés par des clous et du fil de fer s'entrechoquaient doucement, produisant une musique triste, creuse. A travers les arbres, Arvin apercevait quelques... Lire la Suite →

Un hiver de glace de Daniel Woodrell

"L'oncle Larme était l'aîné de Jessup et mitonnait de la coke depuis très longtemps, mais suite à une expérience qui avait mal tourné, son oreille gauche avait été bouffée et il avait gardé une féroce balafre de chair fondue depuis la nuque jusqu'au milieu de l'échine. Ne restait plus assez de cartilage à son oreille... Lire la Suite →

Dans la forêt de Jean Hegland

"En même temps que l'inquiétude et la confusion est apparu un sentiment d'énergie, de libération. Les anciennes règles avaient été temporairement suspendues, et c'était excitant d'imaginer les changements qui naîtraient inévitablement de ce bouleversement, de réfléchir à tout ce qu'on aurait appris – et corrigé – quand les choses repartiraient. Alors même que la vie... Lire la Suite →

Station Eleven d’Emily St. John Mandel

"Qu'était la Symphonie sans Dieter, la clarinette et Sayid ? Kirsten considérait Dieter comme une sorte de grand frère, peut-être un cousin, quelqu'un qui faisait partie intégrante de sa vie et de celle de la troupe. Dans l'abstrait, il semblait inimaginable que la Symphonie continue sans lui. Et même si elle n'avait jamais été proche... Lire la Suite →

Une saison ardente de Richard Ford

"Notre repas arriva, nous le mangeâmes tout en parlant des incendies de forêt : comme les villes et les usines ils se perpétuaient sans qu'on ait besoin d'intervenir. Ils avaient du bon car ils régénéraient l'endroit même qu'ils avaient brûlé ; quant aux êtres humains, d'après ma mère, eux aussi pouvaient parfois en bénéficier car,... Lire la Suite →

Martin Eden de Jack London

"- Il n'y a rien de semblable en littérature, dit Martin quand il retrouva enfin l'usage de la parole. C'est sublime... sublime ! Ça m'a fait tourner la tête, ça m'a soûlé. Cette grande question infinitésimale... m'obsède encore. Cette quête éternelle, sans cesse recommencée... cette petite voix plaintive et fluette de l'homme résonne encore à... Lire la Suite →

Circé de Madeline Miller

"Ce fut durant cette période que je me retrouvai un jour au milieu des épais fourrés de la forêt. J'adorais parcourir l'île à pied, de ses points les plus proches du niveau de la mer jusqu'à ses recoins les plus élevés, à la recherche de mousses, de fougères et de plantes grimpantes, ramassant leurs feuilles... Lire la Suite →

La route de Cormac McCarthy

"Dans l'après-midi il recommença à neiger. Ils regardaient les pâles flocons gris doucement tamisés par la morne pénombre. Ils continuaient, avançant avec peine. Un fin grésil se formait sur la sombre surface de la route. A chaque instant le petit ralentissait, traînant derrière, et il s'arrêta et l'attendit. Reste avec moi, dit-il. Tu marches trop... Lire la Suite →

Le canard siffleur mexicain de James Crumley

"Juste avant l'aube, Wynona, Lester et moi étions pelotonnés contre la tête du lit, à regarder les dessins animés. [...] Lester était calé entre deux oreillers, et il nous regardait comme des extraterrestres. Je tapotai la hanche de sa mère. Parfois, elle semblait vénérable et sage. Et parfois, comme là, on aurait dit un enfant... Lire la Suite →

Indian Creek de Pete Fromm

"Au bout d'un moment, je fus trop à l'étroit dans la tente. Je sortis en courant, passant près de la rivière en donnant des coups de pied dans la neige qui s'envolait dans les airs. Je ne m'arrêtai que pour allumer la pipe que mes camarades de l'université m'avaient offerte, parce que, évidemment, tous les... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑