Intérieur nuit de Marisha Pessl

« J’avais acheté six caisses de ce Macallan Cask Strength en 2007, lors de mes trois semaines de voyage en voiture à travers l’Écosse. J’avais entrepris cette expédition sur les conseils inspirés de mon psy, le Dr Weaver, après que Cynthia m’eut informé qu’elle et ma fille de neuf mois me quittaient pour Bruce – un investisseur en capital-risque avec qui elle me trompait.
Tout cela se passait quelques mois après le procès pour diffamation que m’avait intenté Cordova. On pourrait penser que Cynthia, par charité d’âme, aurait distillé les mauvaises nouvelles à petites doses, m’aurait d’abord dit que je voyageais trop, puis qu’elle m’avait été infidèle, ensuite qu’elle était folle amoureuse, enfin qu’elle et son amant divorçaient de leurs époux et épouse respectifs pour se mettre ensemble. Loin de là : tout arriva le même jour – comme une paisible petite ville côtière déjà frappée par la famine qui subit un glissement de terrain, un raz-de-marée, la chute d’une météorite, et pour couronner le tout, une petite invasion d’extraterrestres.
D’un autre côté, c’était peut-être mieux comme ça : dès le début de l’enchaînement des catastrophes, il ne restait plus rien à détruire. »

Un génie, un maniaque, une arnaque ? Qui est vraiment Stanislas Cordova, ce réalisateur de films d’horreur auquel on voue un culte acharné et qui vit reclus dans une vaste propriété ? Bannis des cinémas, ses longs-métrages sont projetés lors de séances clandestines qui tiennent plus du rite satanique que du divertissement. Le journaliste Scott McGrath a tenté de percer son mystère et y a laissé son mariage et sa carrière. Quelques années plus tard, quand la fille du cinéaste est retrouvée morte dans un entrepôt de Manhattan, McGrath décide de reprendre l’enquête, quitte à devenir un personnage de plus dans l’univers paranoïaque de Cordova…

Un réalisateur de films d’horreur, un meurtre, un journaliste, un manoir gothique, des projections clandestines, une plongée dans le Dark net, tous les ingrédients sont réunis pour attiser notre curiosité. Comme une envie de se faire peur ! Marisha Pessl nous emmène au cœur d’une enquête haletante, sombre à en devenir glauque, parfois mystique, souvent anxiogène. Les descriptions sont soignées, je me suis réellement crue aux côtés de McGrath qui enquête sur la mort d’Ashley Cordova, la fille du célèbre réalisateur. Extraits de journaux, articles web, notes manuscrites, l’auteure a su m’emporter avec virtuosité dans cette course poursuite traversant des lieux plus sordides les uns que les autres. Ce roman est un excellent page turner avec un héros travaillé, une plume saisissante, dont je vous recommande la lecture sans hésitation.

« Au moment où vous pensez avoir touché le fond, vous vous apercevez qu’il y a encore une trappe sous vos pieds. « 

J’avais un peu moins accroché à son premier roman, La physique des catastrophes et j’ai acheté ce roman sur les conseils de ma libraire sans prêter attention au nom de l’auteure. Je ne le regrette pas du tout. Ce roman reprend les codes de plusieurs genres et cela en fait toute sa saveur : des airs de polar américain aux côtés d’un enquêteur divorcé qui s’enlise dans son passé ; comme un soupçon d’horreur quand les scènes de tournage des films de Cordova semblent parfois bien trop proches de la réalité ; un brin de roman d’investigation grâce aux nombreuses coupures de presse qui donnent le sentiment de lire la revue Détective ; un parfum de roman érotique lors des soirées libertines et enfin magie noire et phénomènes inexpliqués pour ravir les amateurs de fantastique. Marisha Pessl mêle tous ces aspects avec brio pour un thriller endiablé qu’on ne veut plus lâcher.

Marisha Pessl est une autrice américaine qui vit actuellement à New-York. Son premier roman, La physique des catastrophes (que j’avais moins aimé), a reçu de nombreux prix littéraires. Trois de ses romans sont actuellement publiés et traduits en France.

836 p., Éditions Gallimard (2015), Collection Folio (2017), Titre original : Night film, Traduit de l’américain par Clément Baude.

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :