Une bouteille dans la mer de Gaza de Valérie Zenatti

« Je me suis énervé, une fois de plus. Ça démarre souvent comme ça, sans que je maîtrise le moteur, les vitesses et l’accélération. Et puis ça stoppe net, je me prends un poteau dans la figure. Excuse-moi. Ou pense ce que tu veux. C’est juste insupportable de ne plus avoir de tes nouvelles précisément au moment où je peux enfin surfer sans avoir peur des regards posés sur moi. […]
C’est très agréable d’être vraiment tout seul devant un ordinateur. Je me sens libre, libre, libre comme si quelqu’un m’avait offert un kilomètre carré de ciel rien que pour moi.
Alors, maintenant qu’il me suffit juste de descendre trois étages pour te lire ou t’écrire, s’il te plaît, rends-moi service : sois en vie, sois entière, reviens derrière ton écran.
Naïm »

C’est une journée ordinaire à Jérusalem, un attentat moyen : un kamikaze dans un café, six morts, deux jours d’info à la télévision. Oui, depuis trois ans, l’horreur est devenue routine, et la Ville sainte va tout droit en enfer.
Tal, elle, ne s’habitue pas. Elle aime trop sa ville et la vie. Elle veut mourir très, très vieille et très, très sage.
Un jour, en plein cours de biologie, une ampoule s’allume au-dessus de sa tête, comme dans un dessin animé. Voilà des jours qu’elle écrit ce qu’elle a sur le cœur, ses souvenirs, la fois où elle a vu ses parents pleurer de joie, le jour de la signature des accords de paix entre Israéliens et Palestiniens, et puis la désillusion, la révolte, la terreur et l’espoir quand même. Ce qu’elle pense, ce qu’elle écrit, quelqu’un doit le lire. Quelqu’un d’en face. Elle l’imagine déjà, cette amie-ennemie inconnue aux cheveux noirs. Eytan, le frère de Tal, fait son service militaire à Gaza. Elle glisse ses feuillets dans une bouteille et la lui confie…

Proposé comme un ouvrage à destination des adolescents, ce court roman m’a profondément émue. Sous forme d’une correspondance audacieuse et intime par messages électroniques, un adolescent palestinien vivant dans la bande de Gaza et une jeune israélienne de Jérusalem se livrent. Ils nous donnent leur vision de ce conflit meurtrier, le récit de leur quotidien ancré dans la peur, leurs espoirs de paix et tissent tout doucement les liens d’un fort attachement.

Je me plonge facilement et sans trop me poser de questions dans les livres qui me sont conseillés par des personnes qui me connaissent. C’est ainsi que je me suis retrouvée avec Une bouteille dans la mer de Gaza sur ma table de chevet, puis entre mes mains. Dès les premières pages, j’ai été happée par ce roman qui démarre, comme si de rien n’était, par un attentat dans un café de Jérusalem dans lequel une jeune femme qui allait se marier quelques heures après vient de mourir. Nous suivons alors Tal, jeune israélienne voisine de l’explosion, qui ressent le besoin fort de partager ses émotions du quotidien, son ressenti, ses doutes, ses rages. Commence, par un hasard un peu provoqué, un échange de mails entre elle et un jeune palestinien de la bande de Gaza. Le style est très agréable, rythmé et convient aussi bien à un public adulte qu’adolescent. J’apprécie beaucoup ces ouvrages qui nous donnent une vision éloignée des clichés médiatiques (quand ces derniers veulent bien se donner la peine d’en parler) sur un conflit ou sur la situation d’un pays. Cette lecture m’a ramenée à d’autres livres qui m’avaient aussi beaucoup marquée : Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini (sur l’arrivée des talibans en Afghanistan) et Persepolis de Marjane Satrapi (sur la vie d’une jeune iranienne). Dans le même esprit que ce roman, ils nous permettent de sortir de nos œillères occidentales. Une magnifique lecture que je conseille à partir de 14 ans.

Ce roman a reçu de nombreuses récompenses dont le prix Tam-Tam/Je bouquine en 2005. Il a été adapté au cinéma en 2012 par Thierry Binisti, sous le titre Une bouteille à la mer.

167 p., Éditions L’école des loisirs (2005), Collection Medium.

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :