La zone du dehors d’Alain Damasio

"La Volte n'a pas besoin de moi pour vivre et se battre. Personne n'a besoin de personne pour se battre. Elle continuera sans moi. Avec la rage au ventre. Et cette rage-là la rendra plus violente, plus tranchante, prête à tout pour venger celui qu'on aura appelé le martyr de la démocratie... Tôt ou tard,... Lire la Suite →

Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé

"Ils entrèrent dans Montepuccio de nuit. Le corso Garibaldi était là, devant eux, tel qu'ils l'avaient laissé dix mois plus tôt. Mais il était vide. Le vent s'engouffrait dans l'artère et venait siffler sur la tête des chats qui se carapataient en courbant l'échine. Il n'y avait plus âme qui vive. Le village dormait et... Lire la Suite →

Entre fauves de Colin Niel

"De tout temps, le chasseur, ça avait été lui, depuis l'enfance dans le lit d'Agab, cette époque trop lointaine où il chassait en meute, avec ses frères et sœurs d'abattage, depuis cette première chasse à la girafe à jamais dans sa mémoire, quand les jeunes acculaient la géante au fond du canyon, chacun son côté,... Lire la Suite →

Les choses humaines de Karine Tuil

"Ce qui s'exprimait dans les salles d'un tribunal, c'était le récit d'existences saccagées, c'était la violence, les blessures d'humiliation, la honte d'être à la mauvaise place, d'avoir cédé aux déterminismes, au désir, à l'orgueil ; d'avoir commis une faute, une erreur de jugement ; d'avoir été léger, cupide, manipulé, manipulable, impuissant, inconstant, injuste, d'avoir trop... Lire la Suite →

Nature humaine de Serge Joncour

"Chaque vie se tient à l'écart de ce qu'elle aurait pu être. A peu de chose près, tout aurait pu se jouer autrement. Alexandre repensait souvent à Constanze, à ce qu'aurait été sa vie s'ils ne s'étaient jamais rencontrés, ou s'il l'avait suivie dans sa manie de voyager, de courir le monde et de toujours... Lire la Suite →

Paz de Caryl Férey

"Angel ouvrit les yeux et ressentit le mal jusqu'au fond des os. Il avait dû perdre connaissance après que le deuxième clou avait transpercé sa main. Les salopards l'avaient crucifié à un radeau : il dérivait maintenant au gré des courants, ses paumes désespérément rivées au bois. La douleur irradiait ses bras jusqu'à la cage... Lire la Suite →

La Tannerie de Celia Levi

"Jeanne avait toujours vu la révolution sous la forme d'une foule déchaînée, une image que certains, sur la place, taxaient de romantique. C'était pour elle une masse indistincte, tellurique. Elle n'associait pas Nuit debout à ce grand cataclysme, mais à un jardin d'asphalte où l'on se retrouvait pour perdre du temps ou apprendre. A bien... Lire la Suite →

La sirène d’Isé d’Hubert Haddad

"Dans le clair-obscur du rêve tous les chemins égarent, rien ne commence ni ne s'achève et nul ne regarde où il marche. Ses pas le conduisent devant la mer, sur la plage, à l'endroit même où s'était échouée l'étrange créature sirénienne aux yeux de noyade. Le silence oblige à l'attention ; les marées ne préviennent... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑