Jours de colère de Sylvie Germain

"Mais ce qu'il ignorait lui-même, et qui pourtant ne devait plus jamais le lâcher, c'était qu'il était le dernier à être tombé éperdument amoureux de Catherine Corvol. De l'avoir vue couchée dans l'herbe de la berge, la face tournée vers le ciel, ses yeux fendus en amande d'un vert encore si lumineux, ouverts sur l'immensité... Lire la Suite →

Vues sur la mer d’Hélène Gaudy

"Jeanne attend que résonnent dans l'escalier les pas d'Adrien. Elle se dit, c'est ça, le réceptionniste me laisserait seule, seule comme maintenant, sauf que je n'aurai rien à attendre. Rien ni personne. Elle guette les pas sur le vieux bois qui craque. Cela fait des mois qu'Adrien doit changer l'ampoule dans l'escalier. La nuit il... Lire la Suite →

De pierre et d’os de Bérangère Cournut

"Je suis encore restée quatre jours comme ça - sans toucher au phoque bouilli. Mes jambes étaient incapables du moindre mouvement, j'avais l'impression d'être assise dans un bol de pierre. J'ai fini par m'endormir profondément. C'est alors que j'ai été frôlée par de petites ailes. Je me sentais tirée vers le ciel, tandis qu'en réalité... Lire la Suite →

Les grands de Sylvain Prudhomme

"Brava Dulce, avait dit à la fin Atchutchi. Seulement je ne sais pas si on va pouvoir te garder. Je ne les ai jamais vus me mettre une telle pagaille. Elle avait commencé à venir plus souvent, gagné en aisance au micro, s'était habituée à chanter en même temps que Malan, ajoutant sa couleur, devinant... Lire la Suite →

La trompette de Satchmo de Michèle Hayat

"La porte du hangar était entrebâillée. Ester jeta un regard circulaire sur le local qui avait dû servir au stockage de tonneaux de vin. Trois ampoules pendaient d'un plafond tapissé de toiles d'araignées. Deux lucarnes, sur la paroi du fond, laissaient filtrer une faible lumière. Les murs étaient tachés d'humidité, une forte odeur d'alcool imprégnait... Lire la Suite →

Avant que j’oublie d’Anne Pauly

"Les infirmières avaient fermé ses yeux, coincé son visage dans une mentonnière et habillé son corps d'une petite blouse vert pâle façon sweat-shirt. C'était triste et drôle, ça l'aurait fait rire, cette petite blouse verte qui lui cachait à peine le genou. J'ai regardé son pied violacé, la vache ! le pauvre, sa barbichette miteuse... Lire la Suite →

Les mangeurs d’étoiles de Romain Gary

"Mais c'était le visage de José qu'elle regardait toujours, bien plus que le numéro du jongleur, car les femmes sont sans doute moins sensibles que les hommes à l'appel de l'absolu et moins émues par les perspectives sans fin que l'exploit de Santini ouvrait devant l'humanité. C'était une expression de naïf émerveillement, un mélange de... Lire la Suite →

Du domaine des Murmures de Carole Martinez

"J'ai recueilli mon tout petit, que j'avais cru perdu, dans mes bras en coupelle et tenté de calmer mon trésor en le mettant au sein tandis que mon père s'éloignait, mais mon lait ne tarissait pas ses cris qui, déjà, attiraient les gens du château. Effrayée par les hurlements stridents de mon nourrisson et sans... Lire la Suite →

Sucre noir de Miguel Bonnefoy

"Quand on finissait le repas, elle était la première à se lever de table pour allumer la radio. Assise à la fenêtre, observant son reflet sur la vitre, elle entendait le speaker lire son annonce qui n'était adressée à personne d'autre qu'à elle et, devant le miroir de la nuit, rêvait d'un homme à son... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑