De pierre et d’os de Bérangère Cournut

« Je suis encore restée quatre jours comme ça – sans toucher au phoque bouilli. Mes jambes étaient incapables du moindre mouvement, j’avais l’impression d’être assise dans un bol de pierre. J’ai fini par m’endormir profondément.
C’est alors que j’ai été frôlée par de petites ailes. Je me sentais tirée vers le ciel, tandis qu’en réalité mon corps s’enfonçait dans la terre. La falaise grondait derrière moi et envoyait des pierres sur mon abri. L’une d’elles, plus grosse que les autres, a fini par le faire voler en éclats. Mon corps inerte et mon regard se sont trouvés libérés d’un coup. La nuit était très claire. En se brisant, mon abri avait projeté des centaines de morceaux de glace qui se mêlaient à la voûte céleste. Le ciel scintillait depuis la mer au loin jusqu’en haut de la falaise.
Quand tous les morceaux de glace ont enfin suspendu leur course pour se joindre aux étoiles, les pierres ont cessé de tomber. Un escalier s’était creusé dans la falaise et une aube verte était en train de descendre vers moi. »

Une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune fille inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence alors, dans des conditions extrêmes, une aventure qui va faire d’elle une femme.

Depuis quelques temps, De pierre et d’os m’intriguait. Grâce à une collègue j’ai eu le plaisir de m’y plonger. Pour reprendre les mots de l’auteure à propos de l’album photos en fin d’ouvrage, ce roman est simple et puissant. Simple car la plume est d’une fluidité absolue, aucun mot ne semble laissé au hasard, il parle d’hommes et de femmes qui vivent et survivent, il évoque l’amour, la haine, le courage et la jalousie dans le décor grandiose du Grand Nord. Puissant car il nous atteint au plus profond de nous même, car l’auteure écrit des chants inuits magnifiques et nous immerge avec réalisme dans leur vie, dans un monde où esprits et connexions avec la nature sont essentiels.

Parfois un livre renferme tout ce que je peux apprécier dans la littérature. Parfois je découvre ce livre, parfois il me reste à le dénicher. Mais chaque fois est un moment intense. De pierre et d’os est de ces romans qui me ravissent à chaque page, à chaque mot, pour leur originalité, leur limpidité, leur poésie, leurs personnages forts (et bien souvent une héroïne de caractère), une part de mystique, des situations heureuses, d’autres implacables. Dès les premières pages je me suis fondue dans l’environnement, les sons, le froid, au cœur de la banquise et de la glace qui semblent vivantes. Un épisode de pêche aux coquillages notamment, presque féérique, nous offre un autre regard sur la nature, sur ses mouvements. Les mots de Bérangère Cournut m’ont donné envie de croire aux esprits, au passage de l’âme d’un mort à un nouveau né, au respect de chaque être vivant. L’image de l’aurore boréale qui se fait homme est un passage qui m’a beaucoup marquée. Uqsuralik, de par son nom, est à la fois Ours et Hermine. L’ours se fait esprit, amulette, totem. Il est une constante qui revient régulièrement pour protéger la jeune femme. Cela m’a inévitablement ramenée à ma lecture de Dans la forêt de Jean Hegland où les deux jeunes filles sont aussi protégées par une ourse. Un ours aux deux visages, animal éminemment dangereux, mais aussi bienveillant. Le courage et la détermination de la jeune femme m’ont subjuguée. La vie des inuits m’a aussi beaucoup décontenancée quand on compare leur rythme de vie soumis aux éléments, à notre confort dont nous avons trop peu conscience. Je ne peux donc que vous inviter à suivre la jeune Uqsuralik dans son périple pour devenir femme. Une véritable pépite !

Afin d’écrire ce roman Bérangère Cournut a compté sur la relecture de deux anthropologues : Joëlle Robert-Lamblin et Bernadette Robbe. De pierre et d’os a été salué par la critique et a notamment reçu le Prix du roman Fnac 2019.

199 p., Éditions Le Tripode (2019), Météores n°31 (2020).

Vous aimerez aussi :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :